Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

N ° 228 Alain Souchon

Alain Souchon est un auteur-compositeur-interprète et acteur français né le 27 mai 1944 à Casablanca au Maroc. Figure majeure de la chanson française depuis les années 1970, sa carrière est notamment marquée par sa collaboration avec Laurent Voulzy entamée en 1974. Il a vendu plus de 5 millions de disques dans le monde.[réf. nécessaire]

Alain Souchon est l'un des artistes les plus récompensés aux Victoires de la musique avec 9 trophées gagnés depuis 1986.
Alain Édouard Kienastn 1 naît le 27 mai 1944 à Casablanca, dans une famille aisée d'origine suisse du côté maternel. Il porte d'abord le nom de son père officiel — Kienast — avant de prendre celui de son père biologique, Pierre Souchon1, qui est l'amant, puis le second mari de sa mère Madeleine Lemaître2. Il a quatre frères, deux demi-frères et une demi-sœur3.

Son père — biologique — est professeur d'anglais au lycée Claude-Bernard à Paris XVIe (qu'il évoque dans la chanson J'étais pas là sur l'album Toto 30 ans, rien que du malheur...) et sa mère romancière pour la collection Harlequinn 2.

Il vit six mois à Casablanca au Maroc, puis passe son enfance à Paris et sept ans dans une pension en Suisse.

En 1959, sur la route du retour de vacances au ski, leur voiture est percutée par un camion ; son père meurt sur le coup, alors qu'Alain n'a que quatorze ans. Cette disparition le marquera profondément et inspirera deux chansons, Dix-huit ans que je t'ai à l'œil parue en 1977 sur l'album Jamais content et La Ballade de Jim parue en 1985 sur l'album C'est comme vous voulez en 19854.

Élève distrait et rêveur, il a des résultats scolaires calamiteux, si bien qu'il est envoyé à quinze ans en pension dans l'École d'horlogerie de Cluses en Haute-Savoie (actuellement lycée Charles-Poncet) où son frère aîné, professeur d'anglais, est aussi guide de montagne. La famille connaît des difficultés financières et sa mère doit gagner sa vie en écrivant pour la collection Harlequin. Ne pouvant s'adapter au milieu des autres élèves, il se réfugie dans la poésie et finit par se faire renvoyer pour indiscipline. Il est envoyé par sa mère en 1961 dans un lycée français en Angleterre. Son inscription n'étant pas valide, il reste néanmoins sur place et y vit de petits boulots pendant dix-huit mois. C'est notamment en travaillant dans un pub qu'il développe son goût pour la chanson populaire. Surnommé le Frenchman, certaines de ses rencontres lui donnent l'occasion de faire découvrir la chanson française (Georges Brassens, Guy Béart...) et lui permettent d'écouter du répertoire anglo-saxon. Il évoque ce passage de sa vie dans Londres sur Tamise sur l'album J'ai dix ans et dans la chanson Jamais content. Il rate son baccalauréat par correspondance trois fois4.

Rentré en France, il vit encore de petits boulots et tente sa chance dans la chanson en se produisant dans des salles parisiennes. En mai 1968, il choisit de quitter Paris. À son retour, il rencontre Françoise Villechevrolle qu'il épouse le 20 novembre 19715, qu'il surnomme Belote (prononcé « Bélote », dérivé de belle). En 1972, il a un fils, Pierre Souchon, qui formera plus tard le groupe Les Cherche Midi avec Julien Voulzy, fils de Laurent Voulzy. La même année, trois 45 tours sont publiés chez Pathé Marconi, mais sont des échecs6.

Le début du succès[modifier | modifier le code]

Alain Souchon en 1978.
Étranglé par les difficultés financières, il écrit en 1973 la chanson L'amour 1830 qu'il destine à Frédéric François. Bob Socquet, directeur artistique de RCA Records, encourage Alain à l'interpréter lui-même. Elle reçoit un bon accueil et est sélectionnée au concours de la Rose d'or d'Antibes, où Alain emporte le prix spécial de la critique et le prix de la presse7.

Dans la foulée, il enregistre un album. Cherchant un arrangeur capable de donner forme à son univers musical, il rencontre en 1974 Laurent Voulzy, également sous contrat chez R.C.A. Bob Socquet sent que la collaboration entre les deux hommes peut être fructueuse, les musiques étant le point faible des chansons de Souchon. Souchon et Voulzy seront liés depuis ce jour par leur amitié et leur complémentarité artistique. Laurent Voulzy réalise les arrangements du premier album d'Alain Souchon Petite annonce, rebaptisé quelques années plus tard J'ai dix ans, puis les musiques de Bidon sorti en 1976.

Cette collaboration va engendrer le succès naissant de ses disques avec des titres comme J'ai dix ans, S'asseoir par terre et Bidon. Alain Souchon (avec notamment aussi Michel Jonasz, Jacques Higelin et Yves Simon) est alors la figure de proue de ce que la presse et les spécialistes appellent la nouvelle chanson française, qu'il évoque ironiquement dans la chanson Nouveau sur l'album Toto 30 ans, rien que du malheur.... L'intéressé lui-même admet qu'il y avait alors une réelle volonté d'écrire différemment, et qu'en cela l'écriture musicale de Laurent Voulzy très pop et rythmiquement exigeante l'a obligé à inventer son propre style, très saccadé, quasiment télégraphique8.

Un chanteur « phénomène »


Alain Souchon clip officiel Suivez toute l'actu sur http://www.alainsouchon.net Nouvel album "Ecoutez d'où ma peine vient" sortie le 1er décembre 2008

Voir les commentaires

Published by dominique aubert

N ° 226 Vive La Fête l l l

Vive la fête est un groupe electropop, fondé en 1997 à Gand (Belgique). Le noyau du groupe est formé de Danny Mommens (guitare et chant) et Els Pynoo (chant). Les chansons sont en général francophones même si le duo ne s'exprime dans ses interviews qu'en anglais, allemand ou néerlandais.
Vive La Fête est fondé en 1997, lorsque Mommens (alors bassiste de dEUS1) enregistre des démos avec Els Pynoo (ex-mannequin) sur un vieil enregistreur analogique à cassettes. Leur premier succès vient avec Attaque Surprise (2000). Les albums suivants République Populaire (2001) et Nuit Blanche (2003) les rendent populaires, spécialement dans le milieu de la mode, où Karl Lagerfeld est un de leurs fans2,3. En 2005 ils enregistrent Grand Prix. Vive la Fête sort son 5e album Jour de chance en juin 2007 après 2 ans de tournée à travers le monde. En 2010, le titre Exactement extrait de l'album Grand Prix est présent sur la bande originale du film Les Amours imaginaires de Xavier Dolan4, réalisateur qui avait déjà utilisé le titre Noir Désir extrait de l'album Nuit Blanche sur son film précédent, J'ai tué ma mère5.
2000 : Attaque Surprise (Surprise Records)
[afficher]
2001 : Republique Populaire (Surprise Records)
[afficher]
2003 : Nuit Blanche (Surprise Records)
[afficher]
2005 : Grand Prix (Surprise Records / Productions Spéciales)
[afficher]
2007 : Jour de Chance (UWe)
[afficher]
2009 : Disque D'Or (Firme de Disque)
[afficher]
2012 : Produit de Belgique (Firme de Disque)
[afficher]
2013 : 2013 (Firme De Disque)
Compilations[modifier | modifier le code]
[afficher]
2003 : Attaque populaire (Surprise Records)
[afficher]
2006 : Vive les remixes (Surprise records)
[afficher]
2008 : 10 Ans De Fête (Firme de Disque)


Je veux être seule Reste-la, toi, ta gueule Je ne peux pas me calmer Laisse-moi t'embêter J'ai trop des tristes pensées Pour ça je veux crier Je ne suis pas ...

Voir les commentaires

Published by dominique aubert

N ° 224 The Andrew Oldham Orchestra

The Andrew Oldham Orchestra was a musical side project in the mid-1960s created by Andrew Loog Oldham, the original manager and record producer of The Rolling Stones. There was no actual orchestra per se. The name was applied to recordings made by Oldham using a multitude of session musicians, including members of the Rolling Stones.

The Rolling Stones Songbook included an orchestral version of the Mick Jagger and Keith Richards song "The Last Time",[1] which was sampled by The Verve for their track "Bitter Sweet Symphony". The threat of litigation over the license for the sample led to the entire copyright to the composition, belonging to Richard Ashcroft, The Verve's frontman, being taken by ABKCO Records, and the sharing of the songwriting credit with Jagger and Richards, even though they didn't compose the string segment that The Verve sampled.[2]

Andrew Loog Oldham

Voir les commentaires

Published by dominique aubert

N ° 223 Dalida

Iolanda Cristina Gigliotti, dite Dalida, née le 17 janvier 1933 au Caire et morte le 3 mai 1987 à Paris, est une chanteuse et actrice française. Issue d'une famille italienne installée en Égypte, elle est élue Miss Égypte 1954, et tourne des films au Caire, avant de s'installer en France.

Au fil des années, Dalida devient une star à l'échelle internationale, et se façonne un répertoire regroupant environ 2 000 chansons interprétées en de nombreuses langues (italien, français, arabe égyptien, hébreu, anglais, espagnol, allemand, néerlandais, arabe libanais, grec, japonais)1,2. D'après sa maison de disques et le site officiel, elle a vendu 120 millions de disques de son vivant et 20 millions depuis son décès3,4. Elle a également reçu le prix de l'Académie du disque français en 1975, pour Il venait d'avoir 18 ans.

En mai 1987, alors que sa vie privée est ponctuée de drames, elle tombe en dépression et se suicide à l'âge de 54 ans, quelques mois après avoir été l'actrice principale du film dramatique Le Sixième Jour.

Avec Édith Piaf, elle est la chanteuse populaire française qui a le plus marqué le xxe siècle, selon un sondage Ifop de 2001.
À la recherche de nouveaux talents pour son music-hall, Bruno Coquatrix
remarque Dalida à la Villa d'Este et au Drap d'Or (restaurants-cabarets parisiens). Il lui suggère de participer à un concours pour amateurs, « Les Numéros 1 de demain », organisé à l'Olympia le 9 avril 1956. Sont présents Eddie Barclay, jeune producteur de disques (qui vient d'importer le disque microsillon des États-Unis en France), et Lucien Morisse, directeur des programmes d'Europe 112,13. Ce dernier, subjugué par le charme oriental de Dalida, la convoque dans ses bureaux de la rue François-Ier et prend sa carrière en main.

Le 28 août 1956 sort le premier 45 tours de Dalida, Madona, une adaptation française d'un titre portugais d'Amália Rodrigues, Barco Negro. Après le succès mitigé de ce disque et du deuxième, La Violeterra, sorti en octobre, Lucien Morisse pense avoir déniché le titre phare de Dalida, Bambino, reprise d'une chanson de Marino Marini (Guaglione), qui était initialement prévue pour la vedette en place, Gloria Lasso. Morisse bloque la chanson, la fait enregistrer en une nuit et la fait passer toutes les heures à l'antenne d'Europe 1. Bambino se vend ainsi à un demi million d'exemplaires et reste plus d'un an au hit-parade14. Sur sa lancée, Dalida partage, quelques semaines plus tard, la même scène de l'Olympia, en première partie du spectacle de Charles Aznavour, puis en vedette américaine de Gilbert Bécaud.

La chanteuse fait éditer son premier album dans de nombreux pays, dont les États-Unis. Le 26 décembre 1958, Norman Granz, l'imprésario d'Ella Fitzgerald, profite de la venue de Dalida aux USA pour lui proposer un contrat de 15 ans à Hollywood. Toutefois, la chanteuse décline la proposition (un même contrat lui sera proposé en décembre 1978, qu'elle refusera à nouveau).

Lucien Morisse, qui l'épouse le 8 avril 196112, en fait rapidement une immense vedette populaire, grâce à des succès comme Come prima, Gondolier, Les Gitans, Histoire d'un amour, J'ai rêvé, Les Enfants du Pirée, Romantica. Son répertoire, très méditerranéen, plait aux Français. La chanteuse, surnommée « mademoiselle Juke-Box », devient la première artiste à ouvrir son fan-club.

Il s'agit avec Lucien Morisse non pas d'un mariage d'amour, mais plutôt d'un acte de reconnaissance envers celui qui a fait d'elle une vedette. Aussi vit-elle, dès le début de son mariage, une liaison, de 1961 à 1963, avec l'artiste-peintre Jean Sobieski10. Lucien Morisse tente de stopper la carrière de Dalida, qui fait alors l'objet de critiques et intimidations10. Elle persévère néanmoins et Lucien Morisse reconnaît son triomphe personnel à l'Olympia en décembre 1961. Leur divorce est prononcé en 1962.

Les années 1960 voient l'arrivée d'une vague de jeunes chanteurs, la génération yéyé. Bon nombre de vedettes des années 1950 tombent dans l'oubli, mais Dalida parvient à résister en se reconvertissant, à contre cœur15, au twist et autres nouvelles modes qui alors séduisent le jeune public16 avec des succès tels que T'aimer follement, Itsi bitsi petit bikini, La leçon de twist, Garde-moi la dernière danse, Le jour le plus long, Le petit Gonzalès, Chaque instant de chaque jour, Amour excuse-moi (Amore scusami), La danse de Zorba, ou encore Il Silenzio (Bonsoir mon amour). C'est durant cette période que, en 1964, elle se métamorphose physiquement en colorant ses cheveux en blond17. En 1965, un sondage Ifop indique qu'elle est la chanteuse préférée des Français. La seconde partie de la décennie fait place à une nouvelle Dalida, avec des textes tels que Les grilles de ma maison, Ciao amore, ciao, Mama, Le temps des fleurs, Zoum Zoum Zoum, etc. En 1968, Dalida reçoit entre autres la médaille de la présidence de la République des mains de Charles de Gaulle.

En 1970, Arnaud Desjardins, avec qui elle vit une idylle, lui fait découvrir la philosophie orientale. Passant un mois par an dans un ashram du Bengale que Desjardins lui a fait découvrir18, elle hésite à arrêter sa carrière, mais décide finalement de continuer à chanter, en changeant de répertoire, interprétant Avec le temps de Léo Ferré, Mamina de Pascal Danel et Je suis malade de Serge Lama, ainsi que des titres originaux comme Il venait d'avoir 18 ans, Ta femme. Elle ne renonce pas pour autant aux grands succès populaires à l'instar de Darla Dirladada, Parle plus bas (Le Parrain), Paroles… Paroles… (en duo avec Alain Delon) ou encore Gigi l'Amoroso, qui deviendra la plus emblématique de son répertoire : no 1 dans douze pays, elle bat un record de vente au Bénélux (détenu jusqu'alors par Frank Sinatra avec Strangers in the night)19. La décennie 1970 est également la décennie des Olympia à succès pour la chanteuse, qui retrouvera son public dans la salle mythique parisienne à trois reprises, 1971, 1974 et 1977.

En 1975, Dalida est la première artiste française à s'initier au disco, avec son album Coup de chapeau au passé, regroupant des chansons telles que J'attendrai ou encore Bésame mucho. Elle enregistre ensuite Femme est la nuit, Génération 78, Le Lambeth Walk, et Laissez-moi danser (Monday, Tuesday), important tube disco en 1979.

Dalida crée un succès raï en 1977. Inspiré par un folklore égyptien, Jeff Barnel réarrange ce qui deviendra un véritable hymne au Moyen-Orient : Salma ya salama. Dalida enregistre la chanson en français, en arabe égyptien, en italien et même en allemand.

Malgré son refus, à deux reprises, d'un contrat exclusif avec les États-Unis, elle obtient toutefois une ovation mémorable au Carnegie Hall de New York en décembre 1978 et au Shrine Auditorium de Los Angeles en octobre 198620.

Elle débute les années 1980 avec un spectacle au Palais des sports de Paris et un passage à l'Olympia en 1981. Dalida revient à des textes plus intimistes, tels que Il pleut sur Bruxelles, À ma manière ou encore Mourir sur scène, qui connaît un grand succès. etc etc etc



dalida

Voir les commentaires

Published by dominique aubert

N ° 222 Chicken Shack

Chicken Shack est un groupe de blues britannique créé en 1967. Il était composé à l'origine de Stan Webb (chants et guitares), Andy Sylvester (guitare basse) et Alan Morley (batterie), rejoints en 1968 par Christine Perfect (chants et claviers).
Chicken Shack se forme en tant que trio en 19651, leur nom provenant du titre Back at the Chicken Shack de Jimmy Smith. Leur première apparition a lieu au Festival National de Jazz et Blues de Windsor en 1967. Ils signent alors un contrat chez Blue Horizon, le label orienté blues créé par Mike Vernon2. Leur premier album, Forty Blue Fingers, Freshly Packed and Ready to Serve sort début 1968. Le groupe devient vite un pilier de ce que l'on appellera le British blues boom aux côtés de groupes comme Fleetwood Mac ou les Bluesbreakers de John Mayall, décrochant deux tubes mineurs, I'd Rather Go Blind et Tears In The Wind2, après quoi Perfect quitte le groupe en 1969 quand elle épouse John McVie de Fleetwood Mac. Elle est remplacée par Paul Raymond2.

Ayant été laissés tomber par Blue Horizon, le pianiste Paul Raymond, le bassiste Andy Silvester et le batteur Dave Bidwell partent en 1971 pour rejoindre Savoy Brown2. De son côté, Stan Webb reforme un trio avec John Glascock à la basse et Paul Hancox à la batterie et ils enregistrent Imagination Lady2. Cette formation ne dure pas, Glascock va rejoindre Jethro Tull, tandis que Webb est recruté pour Savoy Brown en 1974 et enregistre l'album Boogie Brothers avec eux2.

De 1977 à aujourd'hui, Webb a ravivé le nom de Chicken Shack en de nombreuses occasions, avec de très nombreux musiciens dont certains feront plusieurs passages. Il reste le seul membre constant du groupe2,1,3,4,5,6,7.



Chicken Shack - I'd Rather Go Blind very cool

Voir les commentaires

Published by dominique aubert

N ° 221 Blind Faith

Blind Faith était un groupe de rock britannique formé en 1968 dans le Surrey en Angleterre, par Eric Clapton (ex-Cream) et Steve Winwood (ex-Traffic), à la suite de la séparation de leurs anciens groupes.

Histoire[modifier | modifier le code]
La création du groupe s'est faite en improvisant et en travaillant sur de nouvelles idées musicales dans la maison de Clapton dans le Surrey. À l'initiative de Winwood, Ginger Baker, l'ancien batteur de Cream, a été invité à les rejoindre pour des enregistrements en studio. Ric Grech, bassiste du groupe Family qu'il quitta en pleine tournée, fut également invité. Enfin, le producteur Jimmy Miller s'est joint à eux pour encadrer les enregistrements.

La nouvelle de la formation du groupe a créé une vague d'excitation dans le public et un concert gratuit a été organisé à Hyde Park (Londres) le 7 juin 1969. La presse rapporta que le répertoire réduit du groupe avait déçu la foule de 100 000 personnes qui s'attendait également à entendre des chansons de l'époque Cream et Traffic. L'enregistrement de l'album continuait et fut suivi par une courte tournée en Scandinavie, puis aux États-Unis du 12 juillet (New York, Madison Square Garden) au 24 août (Hawaii) avec, entre autres, Free et Delaney and Bonnie.

La réaction du public aux États-Unis fut similaire à celle reçue au Royaume-Uni et le groupe se mit à rejouer quelques titres de Cream et de Traffic pour apaiser l'auditoire. Le groupe se sépare immédiatement après cette tournée. Deux raisons principales sont avancées : d'une part le groupe ne voulait pas devenir un pastiche de Cream et d'autre part Eric Clapton s'est lié pendant la tournée avec les membres du groupe Delaney & Bonnie qui assurait la première partie de Blind Faith, ce qui l'a progressivement éloigné du projet initial avec Steve Winwood. Eric Clapton rejoindra d'ailleurs par la suite en concert Delaney & Bonnie avec lequel il enregistrera On Tour with Eric Clapton.
Blind Faith a sorti un seul album, Blind Faith, en août 1969, comportant six titres. Ce disque amena d'ailleurs une controverse puisque la pochette de l'album présentait une fillette de 14 ans dénudée tenant une maquette d'avion à l'allure vaguement phallique dans ses mains.

Fin 2005 est paru un coffret bootleg de six disques, chacun consacré à un concert de leur unique tournée, notamment celui au Madison Square Garden. Intitulée Compensation for Betrayal, cette collection réunit presque tous les enregistrements live laissés par le groupe. Moins celui de Hyde-Park, publié par contre en DVD (officiel) en 2006.



Blind Faith perform at London's Hyde Park, 1969 Only live concert video of this group and their first gig!

Voir les commentaires

Published by dominique aubert

N ° 220 , , Axelle Red

Fabienne Demal, dite Axelle Red, née le 15 février 1968 à Hasselt dans la province du Limbourg en Belgique, est une auteure-compositrice-interprète belge.

Elle a vendu plus de cinq millions de disques dans le monde1.Little Girls et Back to Tokyo (1983-1985) / Sans plus attendre (1993-1996)[modifier | modifier le code]
En 1983, âgée de 14 ans, Fabienne Demal sort son premier 45 tours, Little girls, qu'elle signe du diminutif « Fabby ». En face B se trouve la version instrumentale du même titre, on peut voir sur la pochette aux couleurs rose saumon la jeune artiste, assise par terre, contemplant d'un air triste, une poupée de chiffons. Ce single lui permet de se faire connaître chez elle, en Belgique ; même s'il ne rencontre qu'un succès d'estime, il entre tout de même au hit parade belge. Deux ans plus tard, en 1985, sort son deuxième single3 : intitulé Back to Tokyo4, il s’agit d’une chanson d’amour du style populaire courant dans les années 1980, avec en face B Dancing all over the world. Sur la pochette de ce deuxième disque, on peut voir Axelle Red allongée par terre, entourée de petites peluches, et serrant dans ses bras un ourson. Un clip vidéo, tourné à la terrasse d'un café, dans une gare et un aéroport, fut réalisé à très faible budget pour le titre Back to Tokyo.

Elle se fait connaître en Belgique francophone dès 1989 avec son single Kennedy Boulevard, toujours sous le nom d'Axelle, suivi de Aretha et moi et Elle danse seule.

Après l'obtention de son Diplôme en Droit à la Vrije Universiteit Brussel, elle signe avec le label Virgin Benelux et sort en 1993 son premier album, Sans plus attendre, composé de douze titres, sous le pseudonyme d’Axelle Red. Les singles Sensualité, Je t'attends et Le Monde tourne mal permettent au disque de rencontrer le succès en France, en Suisse, au Canada et en BelgiqueN 1. L'album s'écoule au total à plus de 600 000 exemplaires.

À tâtons et Con Solo Pensarlo (1996-1999)[modifier | modifier le code]
L’album suivant, À tâtons, est enregistré à Memphis en 1996 avec Steve Cropper et Isaac Hayes ; il est commercialisé le 21 octobre de cette année-là. Grâce à des titres comme Ma prière, À quoi ça sert ? et Rester femme, l'album reçoit un « platinum award » pour plus d'un million d'exemplaires vendus en Europe, dont plus de 630 000 en France. Un an plus tard, elle foule pour la première fois la scène de l'Olympia à Paris.

Depuis 1997, elle est ambassadrice du Fonds des Nations unies pour l'enfance, soutenant les droits des femmes et des enfants dans les régions en guerre et les pays en voie de développement. La même année, elle entame un combat contre les mines antipersonnel lors de la convention d'Ottawa et rencontre dans un Haïti miséreux des enfants mis en prison dans des conditions déplorables sans le moindre procès. Le titre À quoi ça sert est choisi par Alain Corneau pour le film Le Cousin.

En 1998, après s'être mariée avec son producteur/manager Philip Vanes, elle chante La Cour des grands avec Youssou N'Dour au Stade de France, pour la cérémonie d'ouverture de la Coupe du monde de football.

Enceinte de sept mois de sa première fille, Janelle, elle s'entoure pour son premier spectacle soul et rhythm and blues (The Soul of Axelle Red : deux concerts au Sportpaleis d'Anvers et au Palais des Congrès de Paris) d'artistes renommés tels que Wilson Pickett, Sam Moore, Eddie Floyd, Percy Sledge et Ann Peebles. La même année, elle s'engage en faveur du concert de soutien à Amnesty International à Paris et publie un album espagnol, Con solo pensarlo.

Toujours moi et Alive (in concert) (1999-2002)[modifier | modifier le code]
Le 21 janvier 1999, Axelle Red donne naissance à sa première fille, Janelle Vanes. Elle reçoit la Victoire de la musique en tant qu'artiste féminine de l'année, et sort son troisième album, qu'elle écrit et produit. Toujours moi confirme son succès avec plus de 600 000 albums vendus dans le monde, dont 460 000 en France. Elle repart ensuite en Asie, où elle a beaucoup voyagé lors de ses études. Au Laos, l'un des pays d'Asie les plus pauvres, mais aussi en Thaïlande et au Cambodge, elle rencontre des femmes et des enfants soumis à la violence, à la discrimination, à la prostitution et à la pauvreté. Après plus de 400 concerts en 2000, un premier disque live et un DVD sont enregistrés lors de différentes étapes de sa tournée française. Ce disque, Alive est certifié disque d'or en France et en Belgique.

Face A/Face B (2002-2006)[modifier | modifier le code]
En 2002, elle interprète en duo avec Renaud le single Manhattan-Kaboul. Cette chanson, qui s'écoule à plus de 530 000 exemplaires, est le morceau le plus diffusé de l'année en France, et reçoit un NRJ Music Award.

Quelques mois plus tard, en novembre, sort son quatrième album, Face A/Face BN 2, une coproduction avec Al StoneN 3. Conséquence de ses nombreux voyages dans des pays défavorisés, cet album est plus engagé : extrémisme, anti-mondialisme, mines antipersonnel, enfants soldats, drogues… L'album déstabilise un peu le public mais atteint les 300 000 exemplaires vendus et est certifié disque de platine en Belgique5.

En 2003, le 24 juin, elle donne naissance à sa deuxième fille, Gloria Vanes. Un coffret contenant notamment des inédits et des duos avec Charles Aznavour, Francis Cabrel, Stephan Eicher, Sylvie Vartan, Arno et Tom Barman est commercialisé. Après avoir dû fuir les troubles au Congo en juin 2004, elle mène le mois suivant campagne au Niger avec l'Unicef contre l'excision des femmes et les mariages d'enfants.

French Soul, sa première compilation, paraît avec les inédits Je pense à toi et J'ai fait un rêveN 4, dont elle réalise elle-même les clips. Elle termine l'année par une visite éclair au Sri Lanka pour apporter l'aide Unicef aux populations touchées par le tsunami. En 2005, elle part au nord du Sénégal pour la campagne Make noise till Hong Kong de l'organisation française Oxfam/Agir Ici, où elle plaide pour un commerce équitable. En mai, elle participe à Genève avec Peter Gabriel et Youssou N'Dour au concert pour le soixantième anniversaire des Nations unies. Kofi Annan y remercie la chanteuse pour son engagement humanitaire auprès de diverses ONG. C'est cette même année qu'elle devient maman pour la troisième fois, en donnant naissance le 15 avril à sa fille Billie Vanes. Aux côtés de Bob Geldof, elle se fait porte-parole de Live 8 in France et se produit le 2 juillet 2005 devant 200 000 personnes lors du concert de soutien au château de Versailles. Durant le sommet européen, elle demande officiellement au président de la Commission européenne, Manuel Barroso, d'augmenter le budget consacré au développement des pays du tiers-monde.

Jardin secret et Sisters and Empathy (2006-2008)[modifier | modifier le code]


from the album Jardin Secret (2006)

Voir les commentaires

Published by dominique aubert

devant vos problèmes pour lire vos notifications ,je me demande comment vous les ouvrez
quand vous voyez un chiffre sur votre cloche ,c'est qu'il y a ce nombre de nouvelles notifications
en cliquant sur ce nombre, apparaîtra une liste avec ce nombre de notifications
cliquez ensuite sur la première supérieure pour la lire,la commenter ou la modifier
ensuite passez a la suivante en cliquant sur la petite flèche dirigée vers le bas,
vous pouvez aussi retourner en arrière avec la flèche dirigée vers le haut
il ne sert a rien de supprimer , , une fois lues ,elles sont lues,vous pourrez y accéder en cliquant en bas sur "déjà lues",mais tant qu'aucun chiffre ne s'inscrit sur votre cloche c'est qu'il n'y a pas de nouvelles notifications

Voir les commentaires

Published by dominique aubert

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>

"un mot tard sur tout"

"un mot tard sur tout"

"observez moi je suis un livre ouvert,mais quel que soient vos opinion lâchez vous et commentez,j'ai parfois l'impression d'être seul ici : "

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog